Isabelle Severino : « S’il fallait tout recommencer, je le ferais sans hésitation »

Isabelle Severino : « S’il fallait tout recommencer, je le ferais sans hésitation »

Chaque deuxième samedi du mois, retrouvez les souvenirs d’une ancienne sportive de haut niveau. En avril, c’est Isabelle Severino, gymnaste championne d’Europe et médaillée de bronze aux Mondiaux, qui jette un oeil sur sa carrière.

Les blessures ont contraint Isabelle Severino à arrêter sa carrière deux fois. Un mal pour un bien qui lui ont permis d’expérimenter d’autres choses, de revenir au haut-niveau, de rencontrer de nouvelles personnes, mais surtout de faire ce qu’elle est aujourd’hui.

Ses arrêts de carrière

La première fois, elle s’est blessée et avait « besoin de voir autre chose. J’avais 19 ans, je suis partie pendant un an aux Etats-Unis pour travailler avec le Cirque du Soleil. Ça m’a permis de faire autre chose, voyager…

La deuxième fois, même sans blessure j’aurais arrêté, mais l’objectif était de finir après les Jeux olympiques de Pékin (en 2008) mais je me suis blessée trois mois avant. Derrière, j’ai refait un peu de gym mais c’était plus pour le plaisir qu’autre chose. »

Les après-carrières

« Au Cirque du Soleil, tout s’est très bien passé. J’ai repris du plaisir en faisant ce que j’aimais mais d’une manière différente : il y a davantage le côté spectacle, artistique, sans jugement des juges, sans objectif de médaille.

« Mes systèmes d’entraînement ont évolué avec le temps. A 28 ans j’étais meilleure qu’à 16 ans et la preuve c’est que je suis championne d’Europe à 25 ans »

Isabelle Severino

Pour mon deuxième arrêt, dans la foulée, j’ai eu la chance que France TV me propose de commenter la gym donc je suis quand même allée aux Jeux de Pékin, mais sous un œil différent. Ensuite, pendant un an j’ai eu une émission sur Europe 1 où on parlait de sportives, du retour des Jeux, on faisait la lumière sur des sports et sportifs peu connus… Pendant 17 ans, j’ai également eu une société de communication que j’avais monté à mon retour des Etats-Unis.

J’ai aussi été dans les instances sportives en tant que vice-présidente du Comité olympique, représentante des athlètes au conseil d’administration de ma fédération… C’est intéressant de voir comment ça fonctionne, d’aider les générations futures, de donner son opinion, de connaître d’autres sports, de pouvoir apporter son expérience sur divers sujets… »

La vie d’Isabelle Severino aujourd’hui

« Je travaille dans une société de communication qui fait ce que je faisais avant. Je suis toujours au contact du sport puisque je commente pour SFR Sport, je suis également proche du Comité olympique, notamment à la commission des athlètes de haut niveau où j’aide à la reconversion. J’essaie de redonner ce que le sport m’a apporté. »

Son regard sur son parcours sportif

« J’en suis fière ! S’il fallait recommencer, je le ferais sans hésitation. Il y aurait peut-être des petites choses que je changerais car la gym est un sport extrêmement exigeant, avec une maturité un peu précoce. J’ai fait mes premiers Jeux olympiques à 16 ans, on ne voit pas les choses de la même manière.

J’ai pu apprécier la gym à différents niveaux : quand j’étais petite, c’était la petite fofolle qui courait partout, puis j’ai appris à m’extérioriser au sol, à devenir plus danseuse, à mieux maîtriser, à m’entraîner peut-être moins mais plus efficacement. Mes systèmes d’entraînement ont évolué avec le temps. A 28 ans j’étais meilleure qu’à 16 ans et la preuve c’est que je suis championne d’Europe à 25 ans. »

En 1996, Isabelle Severino est médaillée de bronze aux Mondiaux. Un exploit pour la France.

Ses souvenirs de Mondiaux

En 1996, Isabelle Severino décroche la médaille de bronze aux barres asymétriques lors des championnats du monde. « C’est un des meilleurs souvenirs de ma carrière. Une médaille aux championnats du monde pour une Française , il n’y en a pas eu des tonnes. C’est une grande fierté. Mes parents étaient présents, c’était à Porto Rico donc un cadre assez sympa et dans la période de mon anniversaire. Pour mes 16 ans, j’ai eu un très beau cadeau d’anniversaire et j’étais très fière ! Monter sur le podium, pour une Française, c’était un exploit. »

L’après-médaille mondiale

« Il y a toujours un changement de notoriété même si dans ces années-là on n’avait pas tous les réseaux sociaux. Derrière, il y a toujours des attentes. Tout le monde s’attend à ce que ça coule de source, alors que ce n’est pas évident de se remettre en question, de retourner à l’entraînement, de se « refaire mal ». Grâce à cette médaille, j’ai pu connaître d’autres choses, rencontrer des gens différents de moi, de nous les gymnastes qui sommes dans notre gymnase, dans les études à cet age-là. »

Isabelle Severino et Mélanie De Jesus Dos Santos

Son regard sur la gymnastique d’aujourd’hui

« On a de très bons éléments, que ce soit chez les filles et les garçons. On a une championne toute récente, Mélanie De Jesus Dos Santos (championne d’Europe au sol en 2018, championne d’Europe au concours général ce vendredi 12 avril, ndlr), Marine Boyer… Plein de jeunes qui travaillent très bien même si on a eu un petit creux avec pas mal de blessures à un moment donné. Moi, en tout cas, j’apprécie leur gym, leur volonté de bien faire. Après, c’est vrai que c’est un sport difficile, où on peut être très bonne à l’entraînement, mais le plus important c’est la compétition et les résultats. »

Isabelle Severino en dates
1980 : son année de naissance
1994 : championne d’Europe junior aux barres asymétriques
1995 : championne de France au concours général
1996 : championne de France et championne du monde aux barres asymétriques ; 13e au concours général et 8e par équipe des Jeux d’Atlanta
1998 : arrêt de sa carrière après une blessure au genou
2003 : retour en gymnastique artistique ; vice-championne du monde par équipe d’aérobie sportives
2005 : championne d’Europe au sol
2008 : blessure au tendon d’achille
2011 : après son opération et trois ans d’arrêt, elle participe avec son équipe de club (Meaux) aux championnats de France de division nationales où elle termine vice-championne de France avec son équipe ; fin de carrière.

Photo principale : Isabelle Severino lors d’un gala à Montpellier, le 4 février 2007.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.