Automne Pavia : « On m’attendait au tournant »

Automne Pavia : « On m’attendait au tournant »

Automne Pavia, championne d’Europe en titre de judo chez les -57 kg a été reçu à la mairie d’Orléans. Un bain de foule qui lui fait plaisir.

Elle était venue à Rio pour décrocher un titre. Dans la catégorie des -57 kg, après un combat de près de huit minutes, terminé au Golden Score, Automne Pavia s’est inclinée en quart de finale face à la tenante du titre, la japonaise Matsumoto. Au repêchage pour tenter de décrocher le bronze, elle a également été battue. Coup dur pour la Française qui reste positive.

Sportives.net : Être devant votre public même si les Jeux Olympiques n’ont pas donné ce que vous vouliez cette année, ça fait chaud au cœur ?
Automne Pavia : Oui c’est sûr que ça fait chaud au cœur de voir que la ville d’Orléans est présente sportivement, que le club d’Orléans est présent comme d’habitude. Cette fois-ci je n’ai pas eu la médaille mais j’y suis allée, j’ai fait tout ce que j’ai pu à ce moment-là et il y a eu la belle médaille de Sandrine (Martinet, ndlr). Je me devais d’être là pour elle aussi.

Qu’est-ce qui n’a pas marché cette année ? Peut-être moins bien physiquement ? Moins bien mentalement ?
Non, j’ai eu une année très compliquée. J’ai eu une blessure et j’ai eu du mal à en revenir, puis une autre blessure derrière… J’ai quand même réussi à être championne d’Europe en titre donc on va dire que je m’étais mise les bonnes positions pour aller me battre aux Jeux mais je pense que j’étais assez limitée dans mes entraînements, je ne pouvais plus faire de physique à cause de ma blessure. Sur la compétition, j’ai rencontré plus forte que moi tout simplement. C’est peut-être plus dur à haut niveau d’accepter ça mais c’est la vérité, c’est la loi du sport.

Le niveau était plus relevé cette année…
Les Jeux Olympiques c’est une compétition différente, c’est plus fort que le reste, c’est plus fort que des Championnats du monde. Je pense que le jour des Jeux Olympiques il faut être à 100% et quand on n’y est pas, ça ne passe pas.

Justement, qu’est-ce qui a marché il y a 4 ans et qui n’a pas fonctionné cette année ?
Il y a 4 ans quand je suis arrivée je n’étais pas blessée (rires). J’ai eu une préparation normale et là elle ne l’a pas été, j’ai aussi eu une saison normale. Il y a 4 ans je suis arrivée j’étais un peu la petite jeune, on ne me connaissait pas trop. Là j’avais un autre statut : j’arrivais on me connaissait et on m’attendait au tournant. C’est complètement différent à gérer. Après vous savez, on est 30 par catégories et il n’y en a que quatre sur le podium. Je pense qu’il y en a qui ont tout fait pour réussir, qui était au top et ça ne passe pas. On ne peut pas toujours gagner ou être sur le podium. Je préfère relativiser dans le sens où moi j’ai vécu, je suis montée sur un podium olympique et il y en a beaucoup qui ne l’ont pas vécu. J’ai eu ma chance une fois et la deuxième fois je ne l’ai pas saisie.

Parlez-nous un peu de l’ambiance qu’il y avait à Rio…
Il y a eu une super ambiance. Bon, il y avait des petites choses qui n’étaient pas terminées dans les appartements mais ça ne nous a pas dérangé. On avait de quoi dormir, de quoi se laver, ce n’était pas un problème.

Et maintenant, quel futur ?
Pour le moment je fais un petit break avec mes blessures pour bien me soigner, car c’est une blessure que je traîne depuis quasiment un an. Un petit break psychologique aussi. Je me repose mentalement parce que j’enchaîne les championnats depuis des années donc je me dis que pour la nouvelle année je reprendrais l’entraînement à l’INSEP. En nouveaux objectifs, je pense aux Championnats du monde, mais pas grand-chose avant. Pour le moment tout ce qui est Championnats de France je fais l’impasse.

Tokyo 2020, c’est loin…
Tokyo 2020 je l’ai déjà dit avant Rio c’est beaucoup trop loin. Il ne faut pas oublier que je suis une femme, j’ai aussi envie de créer une famille. Je pense que j’ai d’autres choses à faire. Il me reste un titre de championne d’Europe, je n’aurais pas le titre de championne olympique mais je pense qu’il va falloir que je fasse le deuil de ça, et ça ne va pas être facile pour moi. Mais en tous cas je peux encore aller chercher un titre de championne du monde et je vais faire tout mon maximum.

Propos recueillis par Mathieu Fontaine.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.