Rugby à 7 : « On n’a pas su contrôler, gérer la pression »

0

L’équipe de France de rugby à 7 a terminé, ce week-end, deuxième du tournoi européen, à Malemort. A la sortie du terrain, le bilan mélangeait autant le positif que le négatif.

Lenaig Corson : « C’était la première fois que je participais au tournoi européen et c’est vrai que ça faisait plaisir de jouer en France, devant les amis et la famille. Le bilan, c’est qu’on n’a pas le titre en poche et c’est ce qu’on était venues chercher. Nos copines, au mois de mai, avaient remporté la première place à Kazan pour la première étape de la coupe d’Europe. Avec cette deuxième étape, chez nous, à domicile, on souhaitait également récupérer cette première place, malheureusement on fait une finale un peu difficile. En première mi-temps on était vraiment en place en défense, on perdait 7 à 5 mais on sentait que le groupe était serein et que ça ne lâchait rien. En deuxième mi-temps on s’est craquées plusieurs fois en défense et le score final c’est 26-5. Ça fait mal mais le groupe n’a rien lâché du début à la fin. On était 15 jours en stage à Bugeat et ça fait beaucoup de bien. Il y a eu certaines nouvelles dans le groupe et on a très très bien vécu pendant ces deux semaines. C’est de bon augure pour l’avenir. Après la désillusion des JO on sait qu’on va repartir sur un groupe fort et soudé sur les prochaines années. C’est positif.« 

Charlotte Torres-Duxans : « Je tire un bilan positif parce qu’on était une équipe jeune mais le final est quand même négatif parce qu’on perd et qu’on n’est pas championnes d’Europe. Même si la finale on aurait pu la perdre avec moins de 11 points on aurait pu faire championnes d’Europe, donc c’est mitigé. Négatif parce qu’on perd, positif parce qu’on a créé une équipe, on a fait une cohésion de groupe, on était beaucoup de jeunes. Les anciennes ont réussi à nous porter et à nous mettre dans l’avancée. Je pense que c’est grâce à elles qu’on est arrivées jusqu’ici. C’est quand même beau pour nous ! En finale on a manqué d’avancées. On était toujours à reculons. Quand elles [les Russes, ndlr]nous pressaient on n’avançait pas, on n’a pas su contrôler, gérer la pression et c’est ce qui nous a fait faute.« 

Share.

About Author

Maryne est la créatrice du site. Etudiante à ses heures perdues, elle pourrait se nourrir uniquement de pâtes, adore plaisanter et parler de sport comme le football plutôt que de le pratiquer. Fan de ski depuis son plus jeune âge, elle le pratique telle Tessa Worley !

Leave A Reply